Faites suivre vos bagages, profitez d'un accueil chaleureux et ne vous perdez plus jamais : quatre régions certifiées de moyenne montagne proposent aux randonneurs un pack 100 % sans souci. Nous vous les présentons.

Lorsque vous êtes en voyage, votre dîner ne vous tombe certes pas tout cuit dans le bec. Et pourtant, c'est un un véritable pays de cocagne que l'Allemagne propose aux randonneurs. Ces derniers y trouvent toujours leur chemin grâce à une signalisation parfaitement efficace sur les sentiers. Grâce au service de transfert de bagages, ils peuvent également se mettre en marche en emportant uniquement leur déjeuner dans leur sac à dos. Par ailleurs, les itinéraires de randonnée sont très bien desservis par les transports en commun, ce qui fait qu'ils sont accessibles même sans voiture.

Enfin, les régions labellisées « Randonnée allemandes » (« Wanderbares Deutschland »), se flattent d'accueillir les randonneurs dans des hébergements de grande classe à chaque étape sur les circuits qui durent plusieurs jours.

Seules quatre régions ont pour l'instant reçu ce label. Elles englobent plusieurs parcs naturels, toujours dans un magnifique cadre de moyenne montagne. Dix autres domaines de randonnée sont en ce moment même en cours de certification par la Fédération allemande de randonnée pédestre (Deutscher Wanderverband), dont le cahier des charges est extrêmement exigeant. Chaque candidat doit par exemple pouvoir proposer des itinéraires de randonnée variés pour au moins cinq jours. Les sentiers doivent passer en majeure partie dans des zones naturelles et être entretenus de manière durable.

Les hôteliers de ces régions sont tout dévoués aux randonneurs, ils servent de solides petits déjeuners et proposent des paniers repas à emporter. Des points de restauration jalonnent les itinéraires à intervalles réguliers. Les employés des offices du tourisme locaux se tiennent à la disposition des randonneurs pour leur apporter aide et conseils. Ils connaissent quasiment tous les chemins.

Ces quatre régions pionnières sont :

L’air embaume la menthe aquatique ; on entend chanter une fauvette à tête noire. Le chemin se faufile dans une petite gorge aux parois recouvertes d’une verdure luxuriante, partout s’épanouissent des fleurs sauvages de toutes les couleurs. Le village de Mühlental, près de Brilon dans le Hochsauerland, constitue déjà une merveille de la nature en lui-même, avec ses forêts d’arbres feuillus centenaires. Mais il y a mieux encore. Car en suivant la vallée en direction du hameau d’Alme, on traverse une des plus vastes « régions des sources » d’Allemagne.

L’eau jaillit de la terre en pas moins de 104 points, et alimente ainsi un lac de retenue que l’on aperçoit rapidement, lisse comme un miroir, et dans lequel, avec un peu de patience, on peut entrevoir des truites. Nous voici arrivés dans l’un des lieux dits « Seelenorte » (littéralement des « endroits bons pour l’âme ») de la région, la première d’Allemagne à recevoir le label « Randonnée allemandes » (« Wanderbares Deutschland »), en 2014.

Le Sauerland comprend 43 pareils lieux aux vertus énergisantes ; des falaises et des carrières, des églises et des sommets montagneux, des arbres imposants et des grottes souterraines, des lacs et des vallées. Là-bas, vous trouverez la paix, voire même votre vrai moi. Par exemple, dans la chapelle de la Paix (Friedenskapelle), à Olsberg-Elleringhausen, ou en haut de la monumentale falaise de Rinsley (Rinsleyfelsen) près de Lennestadt-Saalhausen. Celle-ci surplombe la canopée dans toute sa majesté. Quiconque la gravit atteint un petit plateau au sommet et peut laisser vagabonder non seulement son regard, mais aussi ses pensées.

Le Sauerland, qui s’étend sur tout le terrain vallonné des Montagnes rousses (Rothaargebirge), a également de quoi faire s'accélérer le rythme cardiaque des randonneurs chevronnés : les circuits de longue randonnée, comme le Sentier des Montagnes rousses, relient au total 280 « villages de randonnée » (« Wanderdörfer »). On peut y effectuer des randonnées de plusieurs jours grâce à leur réseau de sentiers pédestres. On trouve par exemple en Hesse le « sentier de Diemel » (« Diemelsteig »), long de 63 km, d’où l’on peut admirer la vue sur le lac de retenue Diemelsee, situé dans le parc éponyme. Ou encore le « Winterberger Hochtour », qui conduit jusqu’au Kahler Asten (842 mètres), la montagne la plus célèbre du parc national de Sauerland-Rothaargebirge, à travers un total de huit vallées.

Grâce à la signalisation parfaite déployée sur ses 4 350 km, vous ne vous perdrez jamais dans le réseau des « villages de randonnée ». De plus, certains itinéraires sont entièrement accessibles et peuvent être parcourus en fauteuil roulant, comme par exemple le chemin de randonnée entre « Seelenorte » baptisé « Fauteuil indépendant » (« Freistuhl »), au départ de Düdinghausen. Il conduit jusqu’à une ancienne cour de justice du Moyen-Âge, un des fameux « Seelenorte ».

www.nrw-tourism.com/certified-hikes

Autrefois, d'importantes routes commerciales passaient en plein milieu de la forêt. Un cadre parfait pour les embuscades. Après avoir détroussé leurs victimes, les bandits pouvaient très vite battre en retraite dans les sous-bois. Aujourd'hui, le « pays des bandits » fait partie du plus grand domaine forestier mixte de l'Allemagne, le Spessart, un endroit fort paisible. Son réseau de 450 km de sentiers, aux proportions plus restreintes et situé dans le nord de la Bavière, vous emmène à la découverte d'une nature magnifique et de paysages culturels qui valent le détour.

Vous traverserez ainsi un peu partout d'anciens prés-vergers. Vous y trouverez une forte concentration de distilleries de schnaps, et une importante offre de jus et eaux de vie nobles fabriqués à partir de fruits transformés dans les pressoirs locaux ; parfaits pour remplir sa flasque ou sa gourde. Vous pouvez participer à des balades guidées sur les herbes locales, des randonnées en famille, des circuits GPS ou géo-cache, découvrir les itinéraires accessibles aux personnes à mobilité réduite, ou encore réserver un événement « attaque de bandits ». Et si vous l'osez, vous pouvez même passer la nuit dans un de nos campements en plein milieu de la forêt.

Découvrez la plus belle des réserves naturelles

Au départ de Rothenbuch, le « Sentier des bandits » (« Räuberpfad ») vous emmène jusqu'en Basse-Franconie, à travers 13 km des plus beaux paysages de la région. Cet itinéraire se trouve dans la plus vieille réserve naturelle de Bavière, le Hafenlohrtal, dans le Parc naturel du Spessart. La rivière Hafenlohr prend sa source dans le cœur historique du parc, autrefois siège de l'administration centrale du Spessart, où se trouve également un ancien relais de chasse. À partir de là, le chemin traverse des forêts et des prairies le long de la vallée, dont le poète Kurt Tucholsky a dit : « voilà un paysage comme il n'en existe plus aucun autre ». Vous traverserez cette vallée primitive en partie grâce à des passerelles de bois, et vous pourrez admirer la valériane des marais et la linaigrette qui s'y épanouissent, observer les castors et amphibiens qui y batifolent, ainsi que, dans l'eau, les loches et truites natives de la région.

La truite de Spessart, une spécialité culinaire locale

La truite du Spessart n'est jamais qu'une des nombreuses spécialités culinaires que le « pays des bandits » a à offrir dans ses auberges et restaurants. Vous y trouverez également des gâteaux moelleux et des tartes faites avec art, des plats à base de venaison ou d'agneau, et des spécialités boulangère. « L'auberge du Spessart », en revanche, est une invention du conteur Wilhelm Hauff, dont l'intrigue de la nouvelle éponyme publiée en 1828 se déroule exactement à cet endroit. Selon la légende, c'était là le quartier général des bandits.

www.spessartraeuberland.de

Le château de Mitwitz se reflète parfois de manière ravissante dans ses douves. Il était autrefois le fief ancestral d’une famille noble de la région, et sert de point de départ au « circuit du Château sur l’eau » (« Wasserschloss-Runde »). 14 kilomètres de sentiers étroits courent à travers une forêt épaisse, le long d’un ruisseau, jusqu’à une cave creusée dans une falaise (dans laquelle on entreposait à l’époque des tonneaux de bière), puis jusqu’en haut du Fuchsberg. Là, une taverne vous invite à vous reposer et à déguster une bière fraîchement tirée d’un des tonneaux actuels en admirant la vue sur le Parc naturel de la Forêt de Franconie (Naturpark Frankenwald) depuis la terrasse. Ce circuit n’est jamais qu’un seul des 32 « Chemins de la Forêt de Franconie » (« FrankenwaldSteiglas » : des itinéraires en général parcourables en une demi-journée et accessibles également aux randonneurs moins aguerris, qui vous emmènent à la découverte des sommets et curiosités de la Forêt de Franconie, un massif de moyenne montagne dans le nord-ouest de la Bavière.

De vastes prairies et des vallées escarpées : paysages typiques de la Forêt de Franconie

Quant aux randonneurs chevronnés, en plus des « Steiglas », un des quelques circuits de grande randonnée d’Allemagne, le « Parcours de la Forêt de Franconie » (« FrankenwaldSteig »), les attend. Sur cette boucle de 242 km, divisée en 13 étapes d’une journée, découvrez les paysages typiques de la Forêt de Franconie : de grandes prairies à fond de vallée, des versants boisés et escarpés, et des hauts plateaux. Le long du parcours, visitez les thermes de Bad Steben, où une source d’eau minérale fut découverte au Moyen-Âge, ou encore Kronach, où naquit le peintre de la Renaissance Thomas Cranach, qui peignit le portrait du fondateur de la Réforme, Martin Luther.

Et comme la région se targue aussi de proposer toutes sortes de petits plaisirs, pas besoin d’emporter beaucoup de provisions : les spécialités locales comprennent le « Blöchla », une pâtisserie cylindrique au saindoux, qui rappelle l’industrie autrefois florissante des flotteurs en bois, mais aussi les « Seelenspitzen », des brioches tressées que l’on offrait au Moyen-Âge afin de libérer les âmes des morts du purgatoire. De nos jours, elles constituent le parfait petit-déjeuner du randonneur, et tous les hôteliers du coin en font la publicité en ces termes.

www.bavaria.by

Dans le Parc naturel de la Forêt-Noire méridionale, on se croirait déjà dans les Alpes. Après tout, le haut plateau de Kandel, plus haute formation du domaine de randonnée primé « Pays des deux vallées » (« Zweitälerland »), dans le sud-ouest du Bade-Wurtemberg, s'y dresse de toute sa hauteur (1 241 m). Le « Sentier des deux vallées » (« Zweitälersteig »), long de 106 km, mène les randonneurs jusqu'au Kandel et aux sommets environnants, et les pousse dans leurs retranchements. Vous y trouverez des falaises abruptes, des ravins encaissés et aussi des panoramas fantastiques.

Des chemins audacieux et des panoramas grandioses

Allez d'une attraction à la suivante grâce à des sentiers parfois abrupts, parfois rocailleux, mais souvent romantiques et sauvages : les chutes de Zweribach se jettent dans la vallée de Simonswald d'une hauteur de 40 m. Là, vous traverserez une gorge marécageuse escarpée et toujours plus étroite, où le Teichbach dévale 250 m de dénivelé à grand renfort de cascades, avant de rejoindre la rivière Wilde Gutach. Les ruines de la forteresse de Kastelburg vous promettent une ambiance médiévale délicieusement morbide. L’Elztal, une des deux vallées qui donnent son nom à cette contrée, se découvre dans un panorama grandiose depuis la montagne Hörnleberg. Avec le « Sentier des deux vallées », parcourez en quelques jours plus de 4 000 m de dénivelé ; et partez si vous le souhaitez les mains dans les poches, car les hôteliers du coin vous proposent un service de transfert de bagages. Découvrez la diversité des paysages de cette région de randonnée grâce à 800 km d'itinéraires fléchés.

Autre spécialité culinaire : le délicieux pain cuit au four à bois

Mais vous pouvez aussi emprunter des itinéraires plus courts, faisables en une journée ou une demi-journée, et qui présentent bien d'autres facettes de la région : l'un d'entre eux vous emmène à la falaise de Huber (Huberfelsen) à travers des vallées montagneuses et des pinèdes odorantes. Il s'agit d'un gigantesque monolithe de granite classé monument naturel, que l'on peut escalader. La route du pain (Brotweg) est un autre itinéraire populaire, qui relie en 10 km environ cinq fermes où l'on cuit le pain dans des fours à bois qui embaument, comme au « bon vieux temps ». Il suffit ainsi de suivre son nez. Et vous pouvez bien sûr acheter ce pain à la croûte brune, qui accompagne depuis toujours les dîners traditionnels de la Forêt-Noire, et l'emporter comme en-cas dans votre sac à dos. Ce n'est jamais là qu'un seul des (alléchants) attraits des milliers de kilomètres de randonnées labellisées d'Allemagne.

www.tourism-bw.com