De Schinkel à Foster, du baroque au moderne, l’Allemagne est un pays d’architecture. Ici ont œuvré les anciens bâtisseurs, ici le Bauhaus a vu le jour. Voici une sélection de ces petites et grandes icônes.

S’envoyer en l’air dans l’ascenseur le plus rapide d’Europe. Devant l’entrée de l’ascenseur, un panneau annonce la couleur : 8,5 mètres par seconde pour une élévation de 90,15 mètres. L’ascension dure 20 secondes. Au sommet de la Kollhoff-Tower de la Potsdamer Platz, achevée en 1999, le « Panoramapunkt » offre une vue spectaculaire sur toute la capitale allemande. Depuis la plateforme d’observation sur le toit se dévoilent la porte de Brandebourg, la Colonne de la victoire (Siegessäule) ou encore le château Bellevue, résidence du président fédéral.

Berlin, ville d’architecture

Berlin: Quartier gouvernemental, Spree, Reichstag, Paul-Löbe-Haus, centre Berlin: Quartier gouvernemental, Spree, Reichstag, Paul-Löbe-Haus, centre ©visitBerlin (Dagmar Schwelle)

Rien que la ville de Berlin compte suffisamment de sites pour ravir les amateurs d’architecture pendant une semaine entière : le Temple français trônant sur l’une des plus belles places de la ville, le Gendarmenmarkt ou place du marché des gendarmes, où s’élèvent aussi la cathédrale allemande et le Konzerthaus. Ou encore la ruine de la tour de l’église néo-romane du Souvenir (de l’empereur Guillaume), dans le quartier City West, mémorial des destructions dues à la guerre.

L’architecte Friedrich Schinkel a par ailleurs érigé à Berlin le monument de la Neue Wache ou Nouvelle garde, ou encore l’Alte Museum, tous deux considérés comme des œuvres d’art du classicisme. Sir Norman Foster a quant à lui construit la célèbre coupole de verre, ouverte aux visiteurs depuis 1999, au-dessus de la salle plénière du Reichstag, redevenu siège du parlement allemand après la réunification. Enfin, l’architecte du Bauhaus Mies van der Rohe a créé avec la Neue Nationalgalerie une icône du modernisme classique. Parmi les constructions moins connues, citons la Borsigturm de 65 mètres de haut, achevée en 1922, comptant comme le plus ancien gratte-ciel de la ville. Et à Berlin-Est, Mies van der Rohe avait édifié un pur joyau en 1932 avec la conception de la « Maison Lemke ».

Philharmonie de l’Elbe : un symbole de la ville de Hambourg

Hamburg: Elbphilharmonie bei Sonnenaufgang Hamburg: Elbphilharmonie bei Sonnenaufgang ©Hamburg Marketing GmbH (Cooper Copter GmbH)

La ville s’est trouvé un nouveau symbole dans la Philharmonie de l’Elbe ouverte en 2017, une salle de concert dotée d’une imposante façade en verre, construite sur la base en briques d’un ancien entrepôt dans le Hafencity, quartier portuaire réaménagé. Exemple plus ancien de vaisseau amiral de la deuxième ville d’Allemagne, la Chilehaus, érigée par l’architecte Fritz Höger dans le quartier du Kontorhaus dans la vieille ville et classée au patrimoine mondial de l’Unesco, est un exemple édifiant d’architecture expressionniste en brique des années 1920. Elle est le fruit de la dépense d’un magnat hambourgeois qui, ayant fait fortune au Chili, acheta 4,8 millions de briques pour sa construction. Sa couronne rappelle la proue d’un navire et l’angle du point de rencontre de ses façades est le plus aigu d’Europe. Si ses étages supérieurs accueillent des espaces de bureaux, sa cour intérieure abritant boutiques, cafés et restaurants est accessible aux visiteurs.

Pour visiter le plus ancien bâtiment de la ville de Hambourg, vous devrez toutefois traverser la mer des Wadden jusqu’à l’île de Neuwerk. Située à plus de 100 kilomètres à vol d’oiseau de Hambourg, cette mer fait cependant partie intégrante de la ville hanséatique. Sur place s’élève un ancien phare de 700 ans, autrefois érigé pour la protection du commerce maritime à l’embouchure de l’Elbe. Sa plateforme d’observation offre une vue extraordinaire sur les Wadden.

Pour les amateurs de bâtisses à colombages : Quedlinbourg

Quedlinburg: Altstadt Häuserfassade Quedlinburg: Altstadt Häuserfassade ©iStock (mije_shots)

En remontant l’Elbe, puis la Saale et la rivière Bode, on arrive à Quedlinbourg au pied du Harz’, témoin exemplaire des perles architecturales que peut receler la province allemande. Cette ville de 24 000 habitants est ainsi connue pour sa vieille-ville. Une promenade dans ses ruelles équivaut à un voyage dans le temps à travers les courants architecturaux médiévaux. Aucune autre ville d’Allemagne ne comporte une telle densité de bâtiments à colombages : on en comptait 2 069 issus de six siècles de construction au dernier recensement. L’ensemble architectural d’origine médiévale de la ville est entré au patrimoine mondial de l’Unesco en 1994. Des visites guidées sont proposées et le Fachwerkmuseum im Ständerbau accueille également les visiteurs intéressés.

Les amateurs d’architecture médiévale trouveront par ailleurs leur bonheur dans la petite ville souabe de Nördlingen en Bavière. Les remparts fermés et couverts de la ville, érigés en 1400, ont été entièrement préservés, offrant une promenade de 2,6 kilomètres aux visiteurs. C’est là un aspect tout à fait unique en Allemagne.

L’étoile du Bauhaus : Dessau

Dessau: grenier à grain Dessau: grenier à grain ©Mette Willert (Littlemycph)

Si le Moyen-Âge est bien révolu, l’héritage du Bauhaus inspire encore l’art, l’architecture et la culture de nos jours. Un imposant ensemble architectural de l’école fondée à Weimar par Walter Gropius en 1919 est notamment visible à Dessau, à une heure et demie de route au sud-ouest de Berlin.

Outre le bâtiment « Bauhaus » lui-même, Gropius y a par exemple également érigé au milieu des années 1920 des maisons d’habitation (des maisons de maître et des maisons doubles), elles aussi classées au patrimoine mondial de l’Unesco. Pensées comme des cubes entrelacés, leurs pièces ont été meublées par Marcel Breuer. Ces constructions ont compté un certain nombre d’éminents occupants et leurs familles, notamment Oskar Schlemmer, Wassily Kandinsky et Paul Klee. La ville de Dessau abrite également une construction de Mies van der Rohe : une buvette, déjà démolie, puis reconstruite.

Témoin d’une ingénierie passée : le pont de la vallée de la Göltzsch

Göltzschtalbrücke: le plus grand pont en brique du monde Göltzschtalbrücke: le plus grand pont en brique du monde ©AdobeStock (Daniel)

Un pont édifié en 1851 pour enjamber une profonde vallée à Reichenbach dans la région saxonne du Vogtland, alors le plus grand pont en briques du monde, témoigne encore de la maîtrise d’ouvrage de l’époque. Au moment de son achèvement, le pont de la vallée de la Göltzsch était avec ses 78 mètres le plus haut pont ferroviaire au monde. Il a été construit par l’ingénieur allemand Johann Andreas Schubert. Des chemins de randonnée longent cette œuvre d’art architecturale aux innombrables arches. Pour une vue imprenable sur le pont et ses 150 mètres de long, la ville voisine de Mylau a installé un ballon captif. Une visite au caractère événementiel.

Des habitations iconiques du modernisme classique

Düsseldorf: Medienhafen, Frank O'Gehry-Bauten, Froschperspektive Düsseldorf: Medienhafen, Frank O'Gehry-Bauten, Froschperspektive ©Getty Images (Philipp Klinger)

Rien ne peut mieux exprimer ce à quoi devait ressembler l’habitat d’avant-garde dans les années 1930 que la « Villa Schminke » à Löbau en Haute-Lusace, c’est-à-dire dans la région la plus orientale de la République. Ce bâtiment imaginé par Hans Scharoun pour un couple de fabricants de pâtes est l’une des maisons d’habitation les plus importantes du modernisme classique. L’œuvre baptisée « Nudeldampfer » présente une particularité peu commune parmi les perles architecturales du pays : il vous est en effet possible de la réserver pour y séjourner avec votre famille pendant vos vacances en Allemagne.

Outre Berlin et Hambourg, les autres grandes villes d’Allemagne abritent également leur lot de trésors architectoniques : à Düsseldorf les bâtiments penchés de Frank O’Gehry ; à Munich la façade extérieure du stade de la ville, en « canot pneumatique » qui s’illumine de différentes couleurs, conçue par Jacques Herzog et Pierre de Meuron ; à Francfort-sur-le-Main le plus haut gratte-ciel d’Europe, imaginé par Sir Norman Foster, répondant au nom de Commerzbank-Tower. Dresde déborde quant à elle de constructions baroques, telles que le Zwinger, la Gewandhaus ou encore l’église Notre-Dame de Dresde.

Attention cependant à ne pas vous perdre dans les noms. Car l’Allemagne compte près de 200 églises consacrées à « Notre-Dame » (« Frauenkirche » en allemand). Parmi elles se démarquent aussi des bâtisses d’intérêt datant du XXe siècle, comme notamment l’église Maria Königin de Sarrebruck de l’architecte Rudolf Schwarz, l’un des plus grands bâtisseurs d’églises de l’Allemagne de l’Ouest après la Seconde Guerre mondiale.