Dortmund

La Ruhr : des hauts-fourneaux à la haute culture

Ancienne houillère de l'Allemagne, cette conurbation de cinq millions d'habitants compte parmi les plus grandes d'Europe et possède l'un des paysages culturels les plus denses du continent. Avec les métropoles de Bochum, Dortmund, Duisbourg, Essen et Oberhausen ainsi qu'une multitude d'autres villes, la Ruhr forme un espace urbain unique riche en surprises.

La région de la Ruhr correspond-elle aux rivages de la rivière du même nom ? Pas seulement, et c'est peut-être la première surprise : outre la rivière Ruhr, qui délimite au sud la région à laquelle elle a donné son nom, les rivières de l'Emscher et de la Lippe marquent également cet ancien bassin industriel. Mais quelles que soient les eaux qui les baignent, les grandes et petites villes de la Ruhr ont un point commun : elles ont négocié avec brio la transition de l'industrie vers la culture. Depuis l'année de la Capitale européenne de la culture RUHR.2010, cette reconversion est manifeste et irréversible, symbole d'une réalité vécue et d'une nouvelle identité, et ce, pas seulement dans les « Big Five » Duisbourg, Oberhausen, Essen, Bochum et Dortmund, mais aussi dans la cinquantaine de villes que compte la région. De grands événements internationaux comme la Triennale de la Ruhr, le Festival de piano de la Ruhr et le festival de théâtre « Ruhrfestspiele » happent la région toute entière et proposent les expériences les plus vibrantes que l'on puisse actuellement vivre devant une scène et dans une salle de spectacle. Les musées d'art de la Ruhr regroupent 20 musées dans 15 villes, toutes distantes de quelques kilomètres seulement, offrant ainsi le paysage de musées d'art moderne le plus dense au monde. Et ils ne constituent qu'une partie d'un réseau complet d'environ 200 musées dont le plus ancien est le Musée d'art et d'histoire culturelle de Dortmund, ouvert en 1883, et le plus grand est le Musée Folkwang, avec environ 800 000 visiteurs par an. Ce réseau est lui-même une composante d'un projet de plus grande envergure encore : l'éclosion d'une nouvelle région culturelle qui pourtant respecte, estime et préserve son grand héritage industriel. Mutation par la culture et culture de la mutation, des équipements industriels comme nouvelles scènes et une population qui s'engage avec enthousiasme sur cette nouvelle voie : voilà ce qu'est la Ruhr.

Toujours debout, hauts-fourneaux, gazomètres et tours de chevalement sont les témoins visibles de ce passé industriel. Ils marquent encore aujourd'hui le visage de la Ruhr, même si l'extraction du charbon a laissé place au théâtre, à la musique, à la peinture, à la danse, aux performances, etc. La Route de la culture industrielle permet d'admirer ces symboles. Ce parcours de 400 kilomètres à travers le bassin de la Ruhr, de Duisbourg à Hamm et Hagen, passe devant 54 témoins exceptionnels du présent et du passé industriel de la région. L'un de ses meilleurs exemples fait partie intégrante de Duisbourg : il s'agit du Parc paysager de Duisburg-Nord, un parc multifonction d'une toute nouvelle dimension aménagé sur des friches industrielles. On y trouve le plus grand centre de plongée artificiel d'Europe installé dans un ancien gazomètre, des parcs d'escalade et bien d'autres choses plutôt inattendues dans cette métropole industrielle. Avec son gazomètre entre le canal Rhin-Herne et son immense centre commercial et de loisirs CentrO, Oberhausen, située juste à côté, a réinventé son vieil emblème : véritable géant d'acier, cet ancien réservoir à gaz de cokerie datant de 1929 est aujourd'hui l'un des halls d'exposition les plus originaux d'Europe. À Essen, pour ainsi dire le « quartier » central de la Capitale de la culture RUHR.2010, la mine Zollverein, classée au patrimoine mondial de l'UNESCO, est le symbole par excellence de la mutation de toute la région. Moins spectaculaire mais tout aussi remarquable, le trésor de la cathédrale d'Essen abrite une Madone d'or communément appelée « Essen sein Schatz » (Essen son trésor). Cette œuvre majeure du Moyen Âge précoce, à la fois saisissante de simplicité et magnifiquement belle, est la sculpture en pied de Marie la plus ancienne du monde. Le Musée red dot design, la plus grande exposition de design contemporain au monde, présente des objets plutôt profanes mais tout aussi cultes. On y découvre sur plus de 4 000 m² un millier d'icônes du design récompensées par le « red dot award », un prix reconnu et extrêmement convoité au niveau international.

Non loin de là, à Bochum, se trouve le site principal de la Triennale de la Ruhr, la Jahrhunderthalle. Ce lieu est l'un des premiers exemples de construction de génie civil moderne motivée par un aspect purement fonctionnel et constitue l'un des symboles de la nouvelle Ruhr. Le « Deutsches Bergbau-Museum » (Musée allemand de la mine), le plus grand au monde dans sa catégorie, rappelle l'époque où les cheminées d'usine laissaient échapper leurs fumées et où les hauts-fourneaux rougeoyaient à Bochum. Chaque année, plus de 400 000 visiteurs descendent sous terre puis remontent sur la tour de chevalement qui, du haut de ses 63 mètres, offre un panorama à couper le souffle sur Bochum et le « Pott » (nom affectueux donné à la région). Concernant la Triennale de la Ruhr, ce festival d'art international se tient en réalité tous les ans : son nom évoque le fait que sa direction artistique change tous les trois ans. Et concernant Bochum, la ville n'a fait qu'un pas en passant du record des mines au record des théâtres. Elle incarne également dans toute la région la ville de la fête et des bistrots. Ceux qui ont passé du bon temps dans le Bermudadreieck n'oublient pas cette expérience de sitôt. Si vous voulez voir des étoiles, vous pouvez aussi vous rendre au Planétarium Zeiss de Bochum. À Dortmund, on ne plaisante pas avec l'alphabet : un immense « U » se détache de très loin sur l'horizon. Le « Dortmunder U », un ancien complexe d'entrepôts et de fermentation de la brasserie Union, accueille aujourd'hui le nouveau Centre de l'art, de la créativité et de l'économie. Sur son toit trône depuis 1962 le sigle de la brasserie, un « U » doré de neuf mètres de haut qui est aujourd'hui l'emblème de la ville. Un autre emblème de Dortmund, le Borussia, s'entraîne à quelques kilomètres. L'Emscher prend sa source encore un peu plus loin, au sud-est de la ville. Autrefois considérée comme la rivière la plus sale d'Allemagne, elle est en cours de renaturation. Beaucoup de temps et d'énergie sont investis pour en faire d'ici 2020 un nouvel espace agréable et attrayant, à l'image de la nouvelle Ruhr qui construit son avenir sur les bases de son passé. Et profite de l'instant présent. Vous aimerez le nouveau visage de la Ruhr !

À voir
Highlights

Découvrez la destination Allemagne sur une carte

Ajoutez ici vos favoris. Enregistrez, triez, partagez et imprimez votre sélection, planifiez intégralement votre voyage en Allemagne.

0 favoris sélectionnés