• 0

Bielefeld : ville de commerce et d'art

Bielefeld a été fondée en 1214 par le comte Hermann von Ravensberg. Cet homme visionnaire était déjà conscient de la situation intéressante du lieu, au carrefour de voies commerciales et à proximité immédiate d'un col traversant la forêt de Teutobourg. Il s'y est développé une ville de négoce abritant traditionnellement un grand marché et de jolies maisons à colombage, qui marquent encore aujourd'hui le visage de Bielefeld au même titre que le goût prononcé de ses habitants pour l'art.

Dès le début, de nombreux marchands mirent à profit les libertés protégées par le seigneur de cette nouvelle ville pour asseoir son développement. Le commerce de la toile et du lin, marchandises très prisées à cette époque, a fait la richesse de Bielefeld, comme en témoignent l'« Alter Markt » (Vieux marché), l'« Altes Rathaus » (Ancien hôtel de ville) et l'église Saint-Nicolas, dans la vieille ville. La ville marchande se transforma ensuite en une ville industrielle, ce qui modifia son visage : de nouveaux quartiers d'habitation aux maisons caractéristiques à deux ou trois étages virent le jour. Des édifices représentatifs comme le « Neues Rathaus » (Nouvel hôtel de ville) et le théâtre, la poste ornée de motifs Renaissance et la gare de style Art nouveau sont venus s'ajouter au tout début du XXe siècle. La « Rudolf-Oetker-Halle », une grande salle de concert datant de 1930 dont l'architecture alterne entre classicisme et Nouvelle objectivité, est très réputée pour son acoustique. Vers la fin du XXe siècle, la « Kunsthalle » (Galerie d'art), la « Stadthalle » (Salle polyvalente), la « Seidensticker Halle » (Halle des tisserands de soie) et les nouveaux musées installés dans la filature de Ravensberg, le Musée d'histoire et le Musée Huelsmann, ont encore élargi le répertoire culturel de la ville.

Bielefeld est aussi une ville universitaire depuis 1969. Le plus grand de ses six établissements d'enseignement supérieur est situé à la lisière de la forêt de Teutobourg. Sa grande halle longue de 300 mètres à l'architecture emblématique constitue un point de rencontre central. Les fêtes de Bielefeld sont des lieux de rencontre d'un tout autre genre : le « Marché des tisserands » se déroule dans la vieille ville en mai, la fête médiévale du Sparrenburg prend place dans ce château fort en juillet et septembre voit s'installer la foire au vin dans la vieille ville. L'année s'achève traditionnellement sur le marché de Noël. Il se tient dans la vieille ville, blotti au cœur d'une bonne centaine de maisons à colombage joyeusement décorées. La course Hermann est également un événement traditionnel à Bielefeld : elle part du monument dédié à Hermann à Detmold et rejoint le château du Sparrenburg en passant par la forêt de Teutobourg. Mais ne vous inquiétez pas : vous pouvez aussi découvrir le Sparrenburg à votre rythme. Cela vaut d'ailleurs pour toute la ville. Prenez le temps et laissez-vous surprendre !

Villes : les incontournables

L'emblème de Bielefeld, le château-fort du Sparrenburg, se dresse plein de majesté au dessus de la ville sur le mont du Sparrenberg. Cette citadelle imposante se situe en bordure d'un des plus beaux chemins de grande randonnée d'Allemagne, le chemin du Hermannsweg long de 156 km. Construit par le comte de Ravensberg au XIIIe siècle, ce château servit de centre administratif et de résidence aux maîtres des lieux et protégeait la ville ainsi que la voie commerciale au col de Bielefeld. Ses catacombes qui se déploient sur 300 mètres fascinent le public d'avril à octobre tout comme le panorama offert sur la ville et ses environs.

La « Kunsthalle Bielefeld » est un musée et une galerie d'exposition consacrés à l'art moderne et contemporain.

Cette collection représentative de l'art du XXe siècle rassemble des œuvres de Picasso, Sonia et Robert Delaunay, Max Beckmann, Man Ray, des peintres des mouvements du « Brücke » (le Pont) et du « Blauer Reiter » (le Cavalier bleu), et des projets Picasso y sont exposés pour la cinquième fois. Le dernier samedi d'avril de chaque année se déroulent les « Begegnungen der Bielefelder Art » (Rencontres de l'art bielefeldois) dans la nuit. Plus de 40 musées, églises et galeries ouvrent leurs portes au public tout au long de la grande nuit des musées et l'embarquent dans un voyage nocturne à travers les différentes facettes culturelles de la ville.

La salle Rudolf-Oetker est encore aujourd'hui placée sous le signe d'un engagement citoyen marqué et reflète la valeur traditionnellement accordée à la vie culturelle dans la métropole de l'Est de la Westphalie. La famille Oetker présenta une proposition toute à son honneur à la ville de Bielefeld en 1925 : elle souhaitait financer une grande salle de concert pour la ville de son siège en hommage à Rudolf Oetker, le fils mélomane du fondateur de l'entreprise tombé en 1916 sur les champs de la 1re Guerre mondiale, qui devait être consacrée « à la joie des vivants et à la promotion des œuvres musicales » selon les termes de la plaque commémorative figurant dans le hall d'entrée.

Construite dans les années 1855-1857, la filature de Ravensberg fut un des fleurons des filatures plates d'Europe au XIXe et au début du XXe siècle. Le parc du Rochdale s'étend devant le bâtiment principal, aménagé en 1978 pour marquer les 25 ans de jumelage avec la ville anglaise de Rochdale. Le terrain entier autour de la filature de Ravensberg s'est transformé en un rendez-vous des passionnés de culture. Aux expositions du Musée historique et de la collection d'arts décoratifs/Fondation Huelsmann viennent s'ajouter des événements culturels haut de gamme en tout genre, alliant concerts et cabaret.

Afficher plus