• 0

Brunswick : ville des lions et des scientifiques

À la fois riche en traditions et moderne, Brunswick offre des témoignages impressionnants de son passé et de beaux quartiers qui ont conservé un charme particulier au fil des siècles. On y trouve aussi une architecture contemporaine incarnée par la Maison Happy Rizzi, un milieu artistique et culturel vivant et de vastes parcs.

L'histoire de Brunswick (Braunschweig en allemand) est étroitement liée à celle de la lignée des Guelfes : le duc Henri le Lion en fit sa ville de résidence au XIIe siècle et favorisa son essor en tant que ville de la Hanse et puissant centre de commerce. Le château fort de Dankwarderode, la cathédrale Saint-Blaise et la statue du lion sur la « Burgplatz » (Place du château fort) rappellent ce grand Brunswickois. Sous Otto IV, Guelfe lui aussi, Brunswick est devenue ville impériale et ainsi, un des centres majeurs d'Europe. Maîtres d'ouvrage et mécènes des sciences et des arts, les Guelfes ont marqué le développement de la ville jusqu'au XXe siècle. Cela a favorisé l'implantation de nombre de talents dans la ville, qui en ont fait un véritable centre d'innovations. Brunswick est aujourd'hui encore à la pointe en matière de recherche et de développement, de nombreux instituts internationaux y ont leur siège et la ville porte le titre de « Ville de la science » depuis 2007.

Cela ne l'empêche pas de se passionner aussi pour les arts. Par exemple, le « Herzog Anton Ulrich Museum » (Musée du duc Antoine Ulrich) est considéré comme le musée d'art le plus important du land de Basse-Saxe et recèle une des collections d'art ancien les mieux dotées d'Allemagne. Le Théâtre national, les nombreuses scènes privées et une multitude de troupes d'artistes assurent en revanche la nouveauté. Ils savent apprécier l'atmosphère de la ville et proposent des expériences culturelles d'un genre totalement différent, mais toujours du plus haut niveau. À Brunswick, le lèche-vitrine est également de haut niveau : ceux qui s'accordent une escapade dans son joli centre-ville y trouveront des boutiques de classe internationale. C'est également une architecture de classe internationale qui s'offre aux visiteurs sur l'Ackerhof, une petite place du quartier Magni, où on peut aussi admirer la Maison Happy Rizzi, œuvre un peu déjantée de l'artiste américain James Rizzi. Juste à côté se trouve probablement la plus ancienne maison à colombage d'Allemagne. Un contraste typique de Brunswick, où l'ancien et le nouveau cohabitent pacifiquement. Avec vous au milieu.

Villes : les incontournables

Le lion est l'animal héraldique des Brunswickois pour de bonnes raisons : Henri le Lion avait adopté le « Burglöwe », une statue de bronze datant de 1166 et recouverte d'or autrefois, comme symbole de sa puissance et de sa juridiction. C'est un chef d'œuvre de sculpture romane, première statue monumentale au Nord des Alpes probablement coulée à Brunswick. On peut en admirer l'original au château-fort de Dankwarderode. C'est une copie grandeur nature qui trône sur la Burgplatz.

La Maison Happy Rizzi conçue par l'artiste new-yorkais internationalement connu James Rizzi se situe en bordure du quartier historique de Magniviertel. Ce projet fut concrétisé en l'espace de deux ans sur l'initiative du galeriste Olaf Jaeschke et de l'architecte Konrad Kloster. Les portes riantes et bariolées sont des éléments de construction à trois dimensions et se présentent comme des sculptures praticables. Cet édifice est occupé aujourd'hui par des bureaux et s'il n'est malheureusement plus accessible au public, on ne manquera pas cependant d'aller l'admirer de l'extérieur.

Le « Residenzschloss » (Palais résidentiel) de Brunswick a subi de graves destructions au cours de la Deuxième Guerre mondiale avant d'être complètement rasé en 1960. En 2007, 47 ans après sa démolition, ses façades ont été reconstruites en intégrant plus de 600 pièces d'origine. La résidence des Welfs a été reconstituée sur la base d'anciens plans et de clichés historiques dans sa taille et au lieu d'origine. Le portique du palais est surmonté du plus grand quadrige d'Europe conduit par la déesse Brunonia à l'image du palais historique.

La collection d'instruments de musique historiques de Brunswick jouit d'une réputation mondiale.

On y découvre d'excellents exemples de violons, mandolines, guitares, harpes et surtout des instruments à clavier qui illustrent parfaitement la tradition de facture de piano propre à la région de Brunswick. Des instruments à vent comme des cornets, des cornes, des trompettes, des flutes, des clarinettes viennent compléter cette collection, qui possède également des pièces de prestige comme la flute traversière du roi de Prusse Frédéric II, le violon de jeunesse de Louis Spohr, le piano carré de Heinrich Steinweg (1835) et le piano-forte de la célèbre pianiste Clara Schumann.

Afficher plus